Quand la jeunesse se met au bénévolat

De l’enfant roi au citoyen du monde, il n’y a qu’un pas : encore faut-il que le jeu en vale la chandelle. A travers l’initiative d’Orange, c’est une nouvelle jeunesse qui se démarque et fait l’actu. A découvrir !

Orange RockCorps

De l’enfant propriété à l’enfant roi

« Les enfants de nos jours sont bien trop gâtés » est une remarque plus qu’anodine en 2013. Mais ce n’a pas toujours été le cas si on remonte l’histoire. L’enfant était principalement « subi » car la contraception était une hérésie dans la France religieuse et encore un rêve pour les scientifiques. Il était également la propriété de ses parents, qui choisissaient au grès de leurs envies et convictions, ce qui était bon pour lui. Une des premières étapes vers la génération de l’enfant roi est la réglementation du travail des enfants en 1841 limitant l’âge minimum à 8 ans. Il y a eu ensuite la loi de Jules Ferry pour l’école pour tous. Ainsi, on observe un changement : la responsabilité des enfants est désormais pris en charge par l’Etat. Le droit des parents sur leurs enfants en tant que propriété en prend alors un coup! Puis la révolution sexuelle fera de l’enfant un enfant voulu, souhaité, désiré. Plus tard, ce sera Freud qui exposera la psychologie infantile. L’enfant, on le découvre, a des envies propres. Aujourd’hui, on s’inquiète de savoir si l’enfant est heureux, s’il se développe normalement, si ces envies sont respectése. L’enfant est considéré et consulté pour tout : ce qu’il veut manger, où il veut aller, qui il veut voir, le choix des vêtements etc… Une chose impensable il y a moins d’un siècle.

Alors qu’on pourrait se réjouir de cette évolution, elle amène à d’autres questions sociétales : faisons-nous de nos enfants des enfants roi ?

De l’enfant roi, un problème sociétal

L’enfant-roi, peu importe son âge, trouve normal de donner son avis. Voire de le crier, car un « bon parent » n’oserait pas fruster un enfant. L’auteur Charles Sykes pointe du doigt quelques uns des problèmes (bien que le texte fut attribué à Bill Gates par la magie d’internet) :
11 règles de vie pour la jeunesse
Les parents, la société, l’école, l’Etat pardonnent aux enfants, aux mineurs, leur donnent de multiples chances et essaient à tout prix de ne pas froisser leurs sentiments.
On assiste également à la montée de la « richesse buzz » où participer à une émission de télé peut signifier sortir de sa « pauvreté », quitter le foyer familiale, s’assumer. Ce que d’autres générations accomplissaient en travaillant dur et sans relâches, la génération 2000 attend que la télé ou la radio leur offre. Tous les jours, sur toutes les radios jeunes, vous pouvez gagner 500€, 1000€, 10 000€. On paie vos factures, on vous offre des weekends, on supplie les parents d’acheter la console vidéo…. Gagner, sans effort. Bien entendu, ces jeux ont leurs règles, et font du profit sans nul doute. Et pourtant, ils participent à la propagation de ce mode de vie, où la richesse, le succès viennent sans effort.

L’initiative Orange Rockcorps

Les Etats-Unis entendent former dans leurs écoles à la fois des gens qui savent compter et écrire, mais également qui aident leur communauté. C’est pourquoi dans un CV, un étudiant américain notera les expériences professionnelles ainsi que les expériences en association. Un candidat n’ayant pas ou peu cumulé d’expériences bénévoles est considéré comme « un être pas entier ». C’est un peu leur équivalent de nos Lumières : « une tête bien faite plutôt que bien pleine ». Ils sont au total près de 93 millions à être bénévoles (soit près de 30 %). En France, ce n’est pas encore une généralité. On dénombre entre 20 et 22% de Français bénévoles, nombre stable depuis une décennie. Orange prend alors le contre-pas avec l’initiative Orange RockCorps et offre des places de concerts de « l’idôle des djeuns » si ces derniers mettent 4h à disposition d’une association. Une manière de sensibiliser les gens au bénévolat. Une manière de les amener à se rendre compte qu’ils ont beaucoup (même s’ils n’ont pas la dernière PSP Vita). Une manière de les faire sortir de leur écran (ordinateur, smartphone, tablette, télé !). Une belle initiative qui a déjà fait ses preuves.

Depuis son lancement en France en 2009, déjà près de 30 000 volontaires ont ainsi donné l’équivalent de plus de 100 000 heures de bénévolat à des centaines d’associations.

Une idée pour les Resto du Coeur ? 😉

The following two tabs change content below.
Voyageuse, entrepreneure et professeur de yoga, Cindy parcourt le monde avec son blog et son tapis de yoga sous le bras. Retrouvez ses conseils de yogi sur My Zen Yoga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge