La voiture gratuite : un business model d’avenir

Internet révolutionne tout, jusqu’aux vieilles industries comme l’automobile, en transposant ses business models auxquels le public s’habitue au monde IRL (In Real Life pour les non-geeks).

Voiture Gratuite

Le concept freemium

Qu’est-ce que le freemium ? Une contraction, un mot porte-manteau comme disent les anglosaxons, de free (gratuit) et premium (version payante). Un exemple concret est l’antivirus Avast : une version gratuite pour tous avec des fonctions efficaces et basiques, et la version premium avec plus d’options ou pour les entreprises. Cela vous semble normal de ne pas payer pour votre antivirus ? Et si vous ne payez pas pour votre voiture ?

 

Le concept Freemium ne veut pas dire que c’est gratuit : il y a des équipes qui créent, qui sont salariés et qui sont payés. Cela veut juste dire que quelqu’un d’autre paie pour vous. Dans le cas de l’antivirus, ce sont les entreprises qui paient pour qu’Avast puissent leur offrir une meilleure version et en même temps, Avast offre sa version basique à tous.

 

Pourquoi ? Avast s’améliore grâce aux utilisateurs gratuits, qui étant très nombreux, font remonter les bugs et les attaques de nouveaux virus. Avast n’a pas de coûts en plus (hormis un peu de SAV pour les versions gratuites et deux-trois autres choses) car un logiciel se multiplie à l’infini, ce n’est que du digital.

 

L’automobile en freemium

 

Contrairement à un logiciel, une voiture est un produit de l’industrie et a donc un coût de basique. Chaque nouvelle voiture est un coût en plus ! Mais le principe du freemium peut s’y adapter sous la forme du « ce n’est pas le client final qui paie« . Car en effet, une voiture me permet d’aller faire mes courses par exemple. Ce sont donc les grandes surfaces qui bénéficient de MON investissement dans l’achat d’une voiture.  Autrement dit, je paie pour pouvoir aller faire mes courses : la voiture, mais aussi l’essence, l’assurance, l’entretien, les péages etc…

 

C’est exactement le même principe que le parking : je dois payer le parking pour faire mes courses. En tant que consommateur, la concurrence joue en ma faveur. Je vais aller faire mes courses là où je ne paie pas de parking, … ou là où les boutiques paient le parking pour moi. Vous connaissez surement le système de jetons où on vous donne un jeton pour payer le parking si vous faites un achat dans la boutique. Si je dois faire mes courses, autant aller là où je ne paie pas mon parking. De la même manière, si je dois me garer, autant payer 5€ pour acheter ce dont j’ai de toute façon besoin, plutôt que de payer un parking (ce qui est de l’argent jeté par les fenêtres)

 

Allons plus loin encore : pourquoi ne pas payer ma voiture ! ?

C’est l’idée du Free Car Project imaginé par Michaël Oualid, ingénieur et designer dans l’automobile. Ce serait les grandes surfaces qui se battraient pour vous avoir en tant que client. Quand on voit la montée du commerce de proximité, opportunité dans laquelle se sont engouffré les enseignes en créant des Carrefour Markets etc… on se dit qu’il y a de la concurrence. De plus, avec la crise, ce serait une belle carte à jouer !

 

Mise en place du projet Free Car

 

Michaël Oualid voit le projet différemment, avec une voiture ultra-légère et pratique, achetée pour être remboursée par les entreprise. Je crois que ce projet requiert tout un écosystème autour, qui peut être difficile à créer. Cependant, dès aujourd’hui, je vois plusieurs axes qui peuvent se développer sans avoir une voiture spéciale.

 

Les voitures gratuites libre-service

Je pense qu’il faut travailler avec les voitures « en libre service » qui se développent dans la capitale par exemple. Là, les enseignes peuvent payer la compagnie de voiture, et moi consommateur quand je loue une voiture, je peux réduire mon paiement avec un code de réduction ou un QR code à flasher que j’aurai obtenir en faisant mes courses. Un des problèmes est que les enseignes paient souvent à 60-90 jours, donc il faut que l’entreprise de voitures en libre service ait une bonne trésorerie. En dehors du projet d’une voiture spéciale, les enseignes devraient proposer des réductions sur l’essence obtenues à la caisse. Un peu la technique LeClerc et le carburant à prix coûtant.

 

Et si les enseignes proposaient leurs propres voitures ?

En Chine, par exemple, les grandes enseignes Carrefour et Tesco par exemple proposent des bus gratuits -et directes- pour venir faire vos achats dans leurs magasins. Et ça marche ! Pourquoi prendre le métro (payant) avec un changement pour aller à tel magasin alors que j’ai un bus gratuit et direct qui m’amène à tel autre magasin ? Le choix du consommateur est vite fait. Et comme les bus en Chine sont équipés de télé, alors ils peuvent en plus faire de la pub ultra-ciblée : les passagers vont au magasin ! Et pourquoi pas proposer des voitures en libre service, couvertes de leur propre pub, avec utilisation gratuite si on va au magasin. Avec les progrès des GPS, je suis sure qu’on peut trouver une solution technique pour ça ! Ne serait-il pas trop mignon d’avoir des mini-smarts aux couleurs de Casino, à travers toute la ville, pour pouvoir aller faire nos courses ? Et électrique avec ça et c’est le top !!

Plus loin encore, alors que les entreprises paient pour la carte Orange, elles n’offrent rien pour l’utilisation d’une voiture personnelle. (ce qui n’est peut-être pas plus mal car cela encourage à prendre les transports mais c’est beaucoup moins pratique en province). Elles pourraient s’allier au projet Free Car pour proposer à leurs employés une aide financière dans l’achat d’une voiture (utilisée pour aller travailler).

L’avenir est prometteur ! Vous avez des idées ? Comment pourrait-on implémenter ce concept du freemium dans l’automobile ?

The following two tabs change content below.
Voyageuse, entrepreneure et professeur de yoga, Cindy parcourt le monde avec son blog et son tapis de yoga sous le bras. Retrouvez ses conseils de yogi sur My Zen Yoga

7 Responses to La voiture gratuite : un business model d’avenir

  1. Merci Cindy de prolonger la discussion avec cette article très clair.
    . L’argument de la gratuité est là pour intéresser les marchands à prendre une part active dans la prise en charge de notre mobilité.
    . Pour pouvoir être absorbé dans la réflexion économique, le coût de la voiture ne doit représenter qu’une part minimale du chiffre d’affaire généré par celle-ci (par ex. les téléphones à 1€ coûte en réalité 10% des dépenses en communications passées grâce à lui, ce qui est un modèle intéressant). Hors le prix moyen d’une automobile est supérieur à 20.000€. Pour baisser le prix des “petites” autos (argument principal pour l’achat dans ce segment), les rares initiatives se résument à produire dans des pays où les salaires sont encore indécents (ce qui, en plus d’être cynique, n’est pas solide à moyen terme car le travail a un prix minimum vers lequel il tend naturellement) et qui restent encore trop chères pour être FREE , ou à concevoir des micro-voitures fragiles qui ne permettront pas TOUS les usages nécessaires au financement du projet. Sinon, il y a les potentielles voitures d’occasion, ou encore les intéressantes offres d’achats groupés comme par exemple http://www.autoreduc.com .
    Ou bien, dessiner un nouveau segment automobile au design spécifique, qui intégre des coûts de production allégés, des investissements quasi-nuls, une durabilité écologique intrinséque, et une OUVERTURE marketing nécessaire à l’application des principes de la Nouvelle Economie.
    . Si on prend l’exemple de l’iPhone, son dessin de “puit noir sans fond” englouti $6M par jour (en moyenne sur les quatre dernières années) de recettes sur les Apps développés par d’autres. Idem pour l’évidence du rectangle blanc du moteur de recherche GOOGLE. Alors que dans le même temps les voitures se remplissent comme des oeufs prêts à exploser (il n’y a qu’à voir la multiplication exponentielle et anxiogène des brisures de style sur les carrosseries et des logos chromés disproportionnés) en promouvant à coup de budgets de communication colossaux les bienfaits du SUR-équipement . Cela est extrêmement délicat de réussir à les percevoir comme des Market Places efficaces quant à leur perméabilité aux très nombreux flux économiques qui circulent tout autour des automobiles.

    C’est pour cela que je pense qu’il est nécessaire pour pouvoir leur appliquer de nouveaux business models (et pas seulement celui du FREE CAR PROJECT) de SIMPLIFIER les automobiles.

    • Bonjour,

      Merci pour votre commentaire. Oui, je comprends l’argument qui pour que la voiture soit gratuite, il faut que son prix soit réduit, notamment en limitant les équipements inutiles. Mon inquiétude est que votre projet appelle à un changement d’environnement économique et social. Ce que Google Ads a réussi à faire, il a pu le faire car il n’y avait rien avant lui : internet était nouveau, il n’y avait que peu de Search et les outils fonctionnaient mal, et il n’y avait que peu de régis de pub. Or IRL, il existe déjà des moyens d’attirer le chaland. Et votre système demande à obtenir un consensus des acteurs de l’automobile, des acteurs de l’agroalimentaire et du consommateur final (qui n’aime pas le changement même si ca lui est bénéfique).

      D’où cet article, peut-être un premier pas vers la gratuité, vers la prise en charge du transport par ceux qui en bénéficient (les magasins). Une fois que ce sera dans les moeurs, l’étape d’après, votre projet, sera plus simple à mettre en place, les acteurs étant moins frileux, me semble-t-il.

      Dans tous les cas, le monde de l’automobile et la consommation sont deux environnements à repenser sérieusement, et votre projet est un éclairage nouveau ! J’aime !

      Bonne continuation :)

  2. Un peu cynique l’approche. Comme vous le dites au début de l’article, rien n’est gratuit, la question est de savoir qui paye.

    Proposer de voitures gratuites pour remplir les rayons du supermarché ? Pourquoi pas … mais de combien vont augmenter les prix pour financer les voitures ? Parce que je ne crois pas un seul instant que les patrons de supermarché voudront baisser leurs bénéfices.

    Ca me parait un peu léger comme modèle économique…

    • Bonjour Philippe,

      Merci de votre commentaire. Il me semble que c’est possible sans augmenter les prix pour plusieurs raisons.

      – Ca existe dans le web : l’affiliation. Par exemple avec le géant du livre Amazon, vous faites un lien vers un livre, vous êtes donc apporteur d’affaire, le client paie le même prix et Amazon vous reverse une commission. C’est tout le principe de la commission comme le font certains restaurants avec certains hôtels dans la « vie réelle ».

      – Le but de proposer des voitures est d’avoir plus de clients, or, si vous êtes plus cher, vous aurez moins de clients. Surtout de nos jours, avec la crise et le budget limité des menages, les grands de la distribution se battent sur les prix (on pense à LeClerc par exemple)

      – Les supermarchés ont déjà un budget « pub », qui je vous l’accorde, est re-intégré dans le prix des produits. Mais à budget « pub » fixe, les prix ne changeront pas. Ainsi, si le budget pub est réparti entre affiches publicitaires et voitures gratuites (qui sont plus efficaces que la pub), alors les prix restent stables.

      – Dernier exemple, le business model de Groupon. L’argument de vente de Groupon : « avec la pub, vous jetez vos billets dans le vent, incapable de savoir qui a vu votre pub et qui est venu grâce à votre pub, avec Groupon, vous ne payez pas pour apparaitre sur le site, mais on prend une commission à chaque vente, c’est à dire à chaque client qui va VRAIMENT venir chez vous ». Et pour encourager les clients à acheter sur Groupon, il faut proposer une GROSSE réduction, et sur ce qui reste, donner une GROSSE commission. Et pourtant ? ca marche du feu de dieu !

      Ainsi, il me semble absolument possible de proposer des voitures gratuites pour aller faire vos courses sans que les prix soient impactés. Qu’en pensez-vous ?

  3. un article interessant, j´aimait vraiment ca.Maurice Morel

  4. J´ai cherché ca, précisement.Ormazd Berthiaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge