Voyageurs : comment gérer le retour en France ?

« Acheter un billet retour, c’est se condamner à revenir au point de départ » : quand l’aventure nous change, un retour en France et devoir se réinsérer dans sa vie d’avant est une vraie torture. Cette douleur, tous les voyageurs au long court l’ont vécu. Cette douleur, même les touristes d’une semaine la ressente. Cette douleur est bien pire que la peur de tout quitter. Il s’agit de la peur de stagner. Si beaucoup l’ont mal vécu et ont racheté à la va-vite un billet pour l’étranger, d’autres ont souffert en silence, se rassurant en se disant « je fais ce que je dois faire ». Pourtant, il y a une troisième voie : entre subir ou fuir, on peut aussi s’affirmer.

retour en france

Les difficultés du retour en France

Comme titre cet article du Nouvel Obs, « je suis inadaptée à la vie en France ». Car voyager, c’est être libre. Libre de son temps, libre de ses responsabilités, libre de ses envies, libre de ses mouvements. Le retour en France annihile toutes ces libertés. On vend son temps contre un salaire, on fait de la paperasse administratives, on perd notre temps dans les transports et ce carcan de règle tue toutes envies.

Pourquoi rentrer dans le moule ?

La liberté qui nous est si chère, l’avons-nous trouvé dans nos voyages en travaillant 40h/semaine, en tant que salarié avec un patron ? Si nombre de voyageurs au long court travaillent, il s’agit généralement d’être à son compte et de gérer son temps. Si les pays étrangers nous attirent tant, ce n’est pas parce qu’on y travaille différemment (même à Bali, paradis par excellence, les locaux sont salariés).

Non, si on s’y sent si bien, c’est parce que nous, voyageurs, avons su nous affranchir du salariat et par conséquent, des contraintes qui lui sont associées. Vous ne rentriez pas dans le moule là-bas, alors pourquoi ici ? Pourquoi un retour en France signifierait un retour à notre ancien mode de vie. Si les Français partent au bout de monde, il est aussi vrai que l’Europe est visité par de nombreux voyageurs. Que penser de tous ses Américains qui rêvent d’un tour d’Europe (avec le fameux InterRail) et qui trouve notre vie si douce, la dolce vita ?

entrer dans le moule

Vivre en France comme un voyageur

En France aussi, il existe des alternatives au salariat et à la société de consommation. On trouve de nombreuses offres de woofing et de work exchange dans nos régions. On peut aisément faire un tour de France, en cumulant des nuitées chez des couchsurfers, en colocation et d’autres en famille ou chez des amis. On peut associer petits boulots à des visites touristiques, notamment en saison comme dans les stations d’hiver ou sur les côtes (azur et atlantique).

Garder son âme de voyageur au retour en France

Il est possible aussi de retourner dans sa ville natale, reprendre son emploi et sa routine, tout en gardant ses yeux de voyageurs. Combien de Parisiens n’ont jamais gravi la Tour Eiffel ou visiter de le Louvres ? Combien de Marseillais n’ont jamais assisté à une messe de la Bonne Mère ? Garder son âme de voyageur, c’est continuer à découvrir, à s’émerveiller, à profiter de la beauté des paysages, des monuments, de la culture, de la cuisine !

La mentalité française : comment rencontrer des voyageurs en France ?

Outre les réseaux sociaux où l’on retrouve bon nombre de groupes consacrés au voyage et à la découverte du monde, les voyageurs se retrouvent dans les soirées organisées par Couchsurfing notamment, ainsi que d’autres plateformes de voyage de ce type. On pourra également se tourner vers les associations telles que les Greeters, qui ont pour but de faire découvrir leur région. Mais être voyageur, c’est aussi garder l’esprit ouvert, alors ne vous enfermez pas dans ces groupes, au contraire, intégrez-vous aux locaux :)

The following two tabs change content below.
Voyageuse, entrepreneure et professeur de yoga, Cindy parcourt le monde avec son blog et son tapis de yoga sous le bras. Retrouvez ses conseils de yogi sur My Zen Yoga

2 Responses to Voyageurs : comment gérer le retour en France ?

  1. Je ne connaissais pas cette association, merci de la découverte!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge